Du Zéro Déchet au Minimalisme

Deux ou trois mois après m’être lancée dans Mon Zéro Déchet, j’ai commencé à m’intéresser au minimalisme. Tout d’abord parce que j’ai lu le célèbre livre de Dominique Loreau « L’art de la simplicité » mais également parce que le zéro déchet est une forme de minimalisme en soi. Brièvement le zéro déchet est un mode de vie qui vise à se focaliser sur les biens matériels durables et donc laisser tomber les biens jetables. Pour moi c’est intimement une histoire de zéro plastique mais le Zéro Déchet est différent pour chacun. En commençant ce petit challenge quotidien j’ai mentalement pris conscience que je pouvais vivre sans toute ses choses jetables autour de moi depuis ma naissance… l’impossible est devenue possible ! J’ai continué vers le Zéro Déchet alors que je suis une fille qui se lasse assez vite des « modes » tout simplement parce que ce n’est pas une mode mais une réponse à beaucoup de mes problèmes. Le zéro déchet est un challenge pimentant mon quotidien car il me pousse à faire mieux chaque jour depuis 2015. Mais outre le fait de dynamiser ma vie plan plan de consommatrice, j’y ai vu les bénéfices très vite.

-1- Avec moins de plastique jetable, mon chez moi était de plus en plus élégant (en tant que designer c’est un + non négligeable).

-2- Réfléchir avant d’acheter et finalement … ne pas acheter car on a acquis … une conscience (ça fait économiser d’utiliser ses neurones si si)

-3- Se rendre compte qu’on devient de plus en plus enthousiaste par la vie maintenant que le marketing n’influence plus notre bonheur.

-4- En enlevant beaucoup de jetable et parfois en le remplaçant pas des objets durables mais souvent en les remplaçant par rien du tout et bien on s’approche du minimalisme en ne possédant que l’essentiel.

Et c’est avec ces 4 phases dans notre cerveau qu’on arrive au minimalisme. Pourquoi posséder des choses qu’il faut : acheter, ranger, laver, réparer, stocker, ne pas savoir ou jeter, etc ??? Si c’est durable mais que je l’utilise qu’une fois par an ou alors je l’utilise au quotidien mais c’est en plastique moche… Réfléchir une bonne fois pour toute pour ne pas passer son temps à de la maintenance. Alors oui c’est un processus long et fastidieux mais une fois qu’on sait vraiment ce qu’on veut, en combien d’exemplaire, c’est qu’on à trouvé notre équilibre. C’est dur au début mais à la fin on y réfléchi même plus et on range 1h par semaine car moins on a de choses, moins on a besoin de ranger et plus de temps on a pour vivre. (Le minsgame est un bon moyen de débuter.) L’exemple le plus flagrant pour moi était ma penderie. J’avais plus de 200 pièces, je m’habillais toujours pareille et je mettais très longtemps à choisir. depuis que je me suis fixée moins de 100 pièces je m’habille mieux et beaucoup plus vite. Ça a pris du temps de trouver l’équilibre mais ça valait tellement le coup! Le minimalisme c’est une histoire d’instant présent. On ne vit pas dans le passé (cadeau moche reçu qui culpabilise), on ne vit pas dans le futur (les « au cas ou ») on vit dans le présent avec ce dont on a besoin maintenant et le reste doit partir pour qu’on puisse vivre notre vie.

Voilà mon cheminement vers le minimalisme :

-1- Plus de simplicité moins de fouillis, c’est nouveau, c’est sympas, c’est clean, ça change.

-2- On voit le temps gagné alors on continue et on arrête de jeter car on arrête d’acheter/prendre (arrêter à la source: Refuser c’est la clefs !).

-3- Comprendre la différence entre avoir et être – baser sa vie sur des expériences et des souvenirs inoubliables et non les soldes.

-4- Donner l’inutile pour faire de l’espace en soi – Certains objets nous réconforte dans un problème. En apprenant à les laisser partir on apprend à surmonter ce problème et ne plus faire l’autruche.

Pour moi le Zéro Déchet et le Minimalisme sont deux modes de vie qui vont de pairs. L’un m’a appris les début du refus, à ne pas jeter mais toujours donner ou réutiliser, à arrêter de croire que la poubelle est une solution alors que c’est un problème et enfin à rendre à la terre ce que la terre nous à offert. Le deuxième m’a appris la réflexion sur le refus, sur le fait que notre environnement a beaucoup plus d’impact sur nous que nous le pensons et que moins nous y occupons mieux on vit vraiment.

Pour moi le bonheur est d’être satisfait simplement et le minimalisme c’est l’art de la simplicité.

Je conseille de lire les livres de Dominique Loreau française au Japon depuis les années 80 et de les acheter d’occasion 🙂

N’hésitez pas à mettre un cœur si vous avez trouvé l’article intéressant 🙂

Publicités

Un avis sur “Du Zéro Déchet au Minimalisme

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :