Livre : La vie secrète des arbres résumé

L’auteur est forestier, au début, il torturait les arbres, appliquant les méthodes modernes demandées par son employeur : l’administration forestière d’Etat allemande. La forêt qu’il exploitait n’était à ses yeux qu’une source de matière première dédiées aux scieries. Il en savait « autant sur la vie secrète des arbres qu’un boucher sur la vie affective des animaux ». Les visiteurs émerveillés de sa forêt au sud de Bonn ont réveillé sa passion pour la nature puis remis en cause sa façon de travailler. Les scientifiques savent depuis les années 70 que les arbres communiquent, et depuis une vingtaine d’années qu’ils s’appuient aussi pour cela sur « l’Internet des champignons », un vaste réseau de filaments enfouis dans le sol. Je vous présente ici 16 autres informations importantes sur les arbres. Si vous aussi vous les avez apprécié allez lire les autres sans hésiter dans le livre.

Les fun facts :

• Les arbres font l’éloge de la lenteur : plus ils sont lents à pousser plus ils seront âgés comme l’épicéa qui vont jusqu’à 1000 ans. Au contraire, les bouleaux ne sont jamais très âgés et pousse très rapidement. – p.151

• Les branches de chaque arbre sont différentes et elles dirigent la pluie vers les racines en fonctions de chaque espèce. Certaines espèces d’arbres aiment ou n’aiment pas avoir les pieds dans l’eau. – p.138

• Ils se protègent des insectes en changeant le goût de leurs feuilles de façon acide. Auraient-ils donc le sens du goût ?!

• Les forêts humides en plein milieu des continents sont et restent humides uniquement si la forêt rejoint une côte. Exemple : la déforestation des côtes brésiliennes change le climat dans le milieu de l’Amazonie qui s’assèche dangereusement. -p.89

• Dans la même lignée d’information plus il y a de forêts sur les côtes qui rejettent leurs feuilles mortes dans la mer et donc plus il a de planctons à manger pour les poissons : plus de poissons à pêcher.

• Certains arbres doivent vivre en famille pour survivre et d’autres arbres sont solitaires. En effet dans une forêt, les arbres aux abords subissent le vent, la pluie, etc. Ils protègent les arbres au centre du bois. Ils reçoivent donc de la part du reste de la forêt des glucides et de l’eau contre cette protection.

• Les arbres s’associent avec des champignons, intermédiaires de la forêt. Les champignons pénètrent et enveloppent leurs racines afin de créer un réseau d’échange de glucide entre les arbres hôtes. Les champignons se servent au passage comme une taxe de passage tout en filtrant les métaux lourds nocifs pour les arbres.

• Les arbres stockent des connaissances telles que l’accès à l’eau ou l’exposition du soleil, … L’auteur de par son expérience pense que ces connaissances sont stockées dans les racines “cerveau” de l’arbre. – p.43

De plus, le système de transmission d’informations se fait par signaux électriques tout comme chez l’humain. Des études ont montré qu’après certains stimuli électriques envoyés dans l’arbre, ce dernier changeait de comportement (la pousse, les circulations, etc.) p.73

• L’information qui m’a la plus surprise : les arbres savent compter et ils ont la notion du temps. Pour connaître la saison actuelle, ils comptent le nombre d’heures de lumière et donc la longueur des jours. Exemple : le hêtre ne démarre pas sa photosynthèse du printemps s’il ne fait pas jour minimum 13h par jour et non pas en fonction de la température qui peut être traître. Les arbres ont un comportement beaucoup plus réfléchi et complet que les plantes. – p.123

• À la fin de l’été et au début de l’automne, les arbres changent de couleur pour signaler à ses compagnons qu’ils ont absorbé assez de sucre en photosynthèse pour pouvoir se reposer l’hiver sur ses stocks. – p.114

Il y a également une deuxième raison : le pigment définit la chlorophylle et celle-ci est difficile à produire donc l’arbre la récupère pour la réutiliser dans un moment plus opportun, le printemps ! – p.115

• Les arbres font leurs réserves d’eau l’hiver (un hêtre peut absorber pour stocker 500 litres/jour) – p.39

• L’hiver, les arbres hibernent : la même stratégie que les ours. L’été, l’arbre fait ses réserves de sucre et l’hiver, il se repose. Sans repos, les arbres seraient trop faibles pour survivre l’hiver en déployant le double d’énergie pour garder ses feuilles, pratiquer la photosynthèse avec peu de soleil et combattre le gel.

• Les arbres qui tentent de faire pousser des feuilles en bas des troncs sont en souffrance. Cette action contre-productive est une dernière tentative de réaliser de la photosynthèse avant une mort certaine.

• Les arbres crient à l’ultrason une fréquence très précise lorsqu’ils ont soif à l’extrême. Les arbres n’ont pas de cordes vocales, ce phénomène est dû à la rupture de flux d’eau p.44

• Les arbres en villes sans réseau racinaire vont mourir prématurément et sont changés tous les 50 ans après une lente agonie. Préférer des espèces solitaires (bouleau, cerisier…), faire en sorte que les autres vivent en groupe, et éviter d’éclairer les rues toute la nuit, car les arbres ont besoin de dormir, comme nous. – p.150

• L’auteur dénonce le fait que nous ne sommes pas conscients du massacre des arbres. Il est conscient que la consommation de bois est indispensable à l’humain, mais souhaite que les Hommes l’admettent sans fermer les yeux afin que par la suite de diminuer sa consommation excessive tout comme la surconsommation d’animaux.

Ma vision des plantes après avoir lu ce livre :

Les forêts sont des organisations structurées comme le sont par exemple les fourmilières. Les arbres ont donc un comportement social. Ils forment un écosystème modérant les températures extrêmes, emmagasinent de grandes quantités d’eau et augmentant l’humidité atmosphérique. Dans un tel environnement, ils peuvent vivre en sécurité et connaître une grande longévité. La plupart des questions que je me posais étant petite, et même adulte sur la nature et la forêt trouvent réponse dans ce livre. Que je vous conseille d’ailleurs d’acheter d’occasion ou en ebook afin de ne pas couper plus d’arbres pour le lire. #ZéroDéchet

N’hésitez pas à mettre un cœur si vous avez trouvé l’article intéressant 🙂

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :