Interview de Elle Emballe


Le parcours de Marie-Emilie pour ouvrir elle emballe

Elle-emballe, l’histoire d’un entrepreneure et de son entreprise durable :
Marie-Emilie a commencé à vouloir réduire ses déchets en 2015 après la lecture du livre de Béa Johnson « Zéro déchet ».  Pour mener ce combat du zéro déchet elle a créé son entreprise d’upcycling et zéro déchet Elle-emballe et a également lancé il y a quelque mois son podcast Bienvenue à Greenville

Voilà son interview avec les trois phases habituelles du blog :  pourquoi, comment et quoi ?

POURQUOI ?

Pourquoi cette activité ? 

“Je stagnais dans ma démarche zéro déchet. J’étais très motivée pour changer notre mode de vie au quotidien mais toute ma famille ne l’était pas autant. J’avais envie d’un projet concret et juste publier sur un réseau social comme instagram, des astuces ou des marques ne m’intéressait pas. Je voulais lancer mon propre projet c’est comme ça qu’est né Elle-emballe.”

Pourquoi ce nom ? 

“Je voulais quelque chose de facile à retenir et un nom sympa à détourner, elle-emballe m’a semblé une évidence puisque je propose à la vente des tissus pour emballer suivant la technique japonaise Azuma Bukuro. Je joue la carte du upcycling jusqu’au bout puisque tous les tissus et les fils sont garantis de seconde main. Je récupère et transforme tout ce qui peut être sauvé de la déchetterie : draps, rideaux, nappes. J’achète aux couturières les fils et les coupons qu’elles n’utilisent pas. Je garantis également le zéro déchet, toutes mes chutes sont recyclées dans du bricolage, je ne jette rien.

Les utilisations sont multiples : sac de plage ou de piscine, sac à main, sac à jouets ou chaussures, sac à légumes ou à pain, sac à épicerie vrac, emballage pour offrir une bouteille de vin ou de champagne, pour une tarte ou des confitures. Tout est possible !”

Pourquoi à ce moment ?  

“Je me suis lancée en juillet 2017 parce que j’avais le temps de m’y consacrer, c’était le moment de foncer.”

COMMENT ?

Ton parcours de A à Z ?

“Le concept du tout upcycling était posé. Il me fallait acheter du tissu, trouver la forme sympa, coudre, réfléchir sur des tailles… en parler autour de moi, prendre la température sur Instagram. Huit mois après le site est arrivé avec l’e-shop. 

Ma seule frayeur, que les gens n’accrochent pas avec le concept.

Pour débuter, j’avais un peu de tissu, une machine à coudre, l’idée, deux trois copines sur instagram qui aimaient et qui ont diffusé, mon mari pour m’encourager et une bonne dose de motivation.”

QUOI ?

Quels résultats et au bout de combien de temps ? 

“Pour jouer le jeux de mots jusqu’au bout, je peux dire que mon concept et mon entreprise ont tout de suite emballés.”

Tes succès ?

“Je suis très heureuse quand je vois qu’une commande a été faite, je me dis que le zéro déchet se répand toujours un peu plus.”

Tes regrets/échecs ? 

“Je ne fais pas de promotion sur les réseaux sociaux, je ne bassine pas les gens avec mes produits sur leur feed parce que je déteste cela, c’est mon côté inflexible : rien de neuf quitte à ne rien produire, 100% upcyclé, pas de pub, peu de collab et zéro avec des influenceurs. De facto, je ne m’offre pas de visibilité alors que je pourrais avoir plus de vues sur les réseaux et mon site. Peut-être faudrait-il que je sois plus souple !” 

Retrouvez la boutique d’elle emballe ICI et Marie-Emilie sur Instagram 🙂

J’espère que vous avez aimé cet article de la catégorie entrepreneuriat comme le dernier en date de “the trust society”

Si vous aussi vous souhaitez vous lancer dans un projet je vous propose mon carnet de développement personnel en 6 étapes et 21 exercices 😉

N’hésitez pas à le partager autour de vous !